G Christian Louboutin

L’homme Louis Vuitton de l’été prochain est un fashion traveler chic sans complexe face aux codes du luxe contemporain. Kim Jones a un sens des proportions et de l’aisance. Les blousons zippés brodés d’esprit 80’s apportent une touche sensuelle de saison.

Ils ne t’oublient pas, ils sont toujours aussi fiers de toi qu’ils l’étaient à l’époque. Statut social l’amour n’a jamais été pour toi comme dans ces comédies romantiques que t’avais pour habitude de regarder. Aucun brun ténébreux qui ne soit venu te sauver la vie, te réveiller à trois heures du matin sous une pluie battante pour te faire sa déclaration.

Partir de mai 1940 à Paris, des affiches ordonnent aux ressortissants Allemands et Autrichiens vivants en en France de se présenter dans des stades de regroupement. Le Vélodrome d’hiver étant celui des femmes, la plupart sont juives, communistes, intellectuelles et opposantes l’été, après avoir été mis en demeure par la police locale de Majorque de quitter l’île, les parents de Lore et Gisela n’ayant pu obtenir un visa d’émigration et dans le désespoir d’une grave maladie cardiaque de sa mère, décident de mettre fin à leurs jours. Lore Krüger n’oubliera jamais tous ses morts encombrés dans la terre meurtrie, comme le point d’une pupille lumineuse, qui efface d’un mouvement rapide les diaphragmes de cette noirceur..

A propos de ses revenus et de politique, elle a déjà des réponses de star qui manie la langue de bois pour être la plus rassembleuse possible. Ma grand mère m’a toujours dit que ce n’était pas poli de parler d’argent, minaude t elle. Et, oui, bien sûr, je vote, mais je ne vous dirai pas pour qui.

Aussi lorsque mon cher et tendre m’a posé la question, « Louboutin » était le seul mot qui me venait. Louboutin, Louboutin, Louboutin. Grâce à toi je redeviendrais femme juste après être devenue mère.. Finalement je ne sais comment conclure : qu marque aussi prestigieuse soit un tant soit peu soucieuse de son image auprès de ses clients, cela me semble normal. Pour autant je ne suis pas prête à me livrer à une nouvelle expérience d en milieu louboutinesque, comme suggéré par le directeur retail. J certes été écoutée et j obtenu des excuses.

Un bon contrat, un excellent deal doit déboucher sur du bonheur pour les deux parties. Et là, tout le monde est content : le créateur et le photographe. Cette fusion parfaite entre la mode et la photo est illustrée par ce cliché qui est, en outre, un hommage à peine masqué à Marlene Dietrich dans les films de Josef von Sternberg..


Laisser un commentaire