Louboutin 2015 Summer

Juchée sur tes talons aiguilles hors de prix, sourire ancré sur tes lèvres, extensions et marques prestigieuses, ton apparence est contrôlée, soignée, toujours apprêtée. Tu as oublié ce qu’étaient les dimanches en pyjama et les sorties en guenilles à trois heures du matin pour aller acheter des raviolis à la station service. Tu ne mets un pied dehors qu’en étant sûre à cent pour cent de l’image que tu projettes.

Une éternité troublante et fragile. Dans sa Factory, Andy Warhol l’avait bien compris. Lui qui possédait le saviez vous ? un paon, un lion, un pingouin, une tête d’orignal et un grand chien danois noir et blanc qu’il avait appelé Cecil. J’ai rencontré la véritable Molly Bloom, dont la vie a inspiré le film. Elle a tout perdu. Elle est en train de se reconstruire, a publié ses Mémoires, est retournée à l’université pour devenir avocate, et je suis certaine qu’elle va rebondir.

Bartas l’embarque dans l’aventure d’Indigène d’Eurasie, des mois de tournage entre Vilnius et l’Occident, des errances mafieuses, des amours cassées. Du froid, du givre. Bartas ne fait pas de concessions. Tous les créateurs s’étaient mis à la ballerine pointue, à brides ou non et elle reste un must have cette saison, donnant plus de caractère aux pieds. Aussi, Christian Louboutin a sorti une ligne de ballerines pointues se déclinant dans toutes les nuances de nude, faciles à adopter pour remplacer ses chaussures hautes en fin de journée. Mais si l’on ne peut plus les porter avec un slim, avec quoi les associer ? On les combine à un pantalon large et 7/8e ou à une jupe longueur midi ou plissé soleil pour jouer à fond la carte de la danseuse étoile.

Les petites robes droites esprit boudoir et les longs pantalons flottants suggèrent la séduction. Les filles passaient tout en retenuecontrastant avec l’effervescence palpable en backstage, visiblement ravies de faire partie de l’aventure YDE! Salomés, escarpins à petits talons ou ballerines plates: les chaussures du show étaient signées Christian Louboutin. Peut on faire mieux?.

Carla Bruni Sarkozy l’a bien compris : le kitten heel offre l’élégance d’une chaussure à talon tout en évitant le côté girafe. On notera seulement qu’il est plus seyant sur un pied menu et que, parfois, il pousse le paradoxe jusqu’à flirter avec les 7 centimètres (ce qui reste très raisonnable au regard des sommets atteints ces dernières années). Une démarche féminine, une jambe plus fine, une journée sans cheville foulée : les petits talons n’ont a priori que des atouts.


Laisser un commentaire