Louboutin 70Mm

Maintenant il est marié, il a eu la nationalité française. Il y a ensuite la prise de vue, puis tout le travail ensuite de peinture, de recoloriage. On produit une à deux photos par mois.. En témoignent d’ailleurs son make up impeccable et son brushing hollywoodien. Le premier arrêt sera pour Chanel. C’est un passage obligé.

Grenées au fil des jours, les révélations sur les pots de vin touchés par Sérgio Cabral et son clan ajoutent aujourd’hui l’indécence au cynisme. On apprend sans surprise la surfacturation des travaux de rénovation du stade de football Maracan, utilisé lors de la Coupe du monde de 2014. On découvre surtout les détails d’une vie de plaisirs insouciants que s’est offerte le gouverneur, couvrant son épouse de bijoux griffés, multipliant les voyages en hélicoptère, les restaurants gastronomiques, allant jusqu’à faire payer aux contribuables un millier de reais (près de 300euros) pour des hot dogs destinés à une fête de l’un de ses fils..

Mais la petite Blue Ivy suit aussi les traces de sa mère, et de son père d’un point de vue musical. La grande sur de Rumi et Sir a lâché son premier flow sur l’album de son père, 4 :44 dans la chanson Blue Freestyle / We Family . Aucun doute, la relève est bel et bien assurée.

C’est curieux, mais c’est un frein chez certains, on le sent. Pourtant, l’art véhicule une belle image, de beaux projets, des idéaux. Alors pourquoi cette réserve? De fait, certaines grandes entreprises avec fondation, l’industrie du luxe en particulier, ont déjà fait de l’art une valeur ajoutée indissociable de leur image.

C’est tout elle ça. Zara, Zarouille, Zazouille. Il y a beaucoup de variantes avec ce genre de prénom. Beaucoup plus jeunes et décontractées, les robes de sa ligne Victoria paraissent destinées à sa petite Harper (dans quelques années). Victoria accueille justement les journalistes, sa fille dans les bras, et explique une fois de plus, lors de rendez vous particuliers : Victoria permet de proposer des prix moins élevés, d’atteindre d’autres clientes, mais sans compromis sur la qualité ou les imprimés, tous réalisés en interne. La scène est touchante..

Le jour du lancement de la campagne, elle laissait éclater sa joie en ces termes : C’est un honneur fou, magique et colossal pour moi de travailler pour une marque aussi emblématique, à laquelle j’ai voulu appartenir toute ma vie ! Deux mois plus tard, à Cannes, elle répétait avec d’autres mots son enthousiasme : C’est irréel. Dior est une maison si prestigieuse ! Et Peter, un homme fascinant ! Jamais je n’avais rêvé d’une telle consécration. C’est un cadeau.


Laisser un commentaire