Louboutin 8Cm

Le siteJezebelqui juge que l’industrie de la beauté a un problème de licorne, citant un essai de Skye Alexander, Unicorns: The Myths, Legends, Lore, y voit une volonté d’évasion de la réalité. Une créature indomptée qui ne souscrit pas aux règles de la société. Pas étonnant, selon le site, que les licornes soient associées à deux pans mésestimés de la population: les pucelles et les hommes gays, qui se sont approprié ce symbole aux couleurs de l’arc en ciel..

Cherchant à faire naître de l’inattendu dans une scène clubbing parfois tiède, Romain Brau, du collectif Crisis, est également un de ces oiseaux de nuit subversifs. Designer le jour, il se travestit chaque soir dans une troupe de cabaret parisien nouveau genre chez Madame Arthur, à Pigalle, rouvert après huit ans de silence. En corset et plumes, il reprend Sexy Sushi, la Femme ou Dalida.

En vacances cet été en Roumanie et en Bulgarie, j’ai pu voir que la chute de l’idéologie communiste n’est remplacée par rien et que eux, la politique hein ils s’en foutent comme de leur premier charter. Aux Etats Unis, je ne parle ni de New York ni de la Californie, les Etats Unis quoi, je me souviens que la politique non plus, que pouic, ça passe en spot de pub entre Taco Bell et Ralph Lauren. Pour autant, en vacances en février dernier au Brésil, là ça se tirait dans les pattes entre jeunes pour tout politiser: transports, santé, éducation, logement, cet air frais qui permet de croire qu’on va changer le monde.

Bilan, dans cette soirée nous avons suivi heure par heure ce qui faisait un bruit hallucinant sur le net. Et, malgré les critiques essuyées, si c à refaire, nous referions exactement la même chose en restant le plus neutre possible pour informer les internautes de ce qui se passe. Pour nous il reste absolument incroyable (et dangereux) qu abonné à Facebook sur 20 soit capable de liker une page sans aucun discernement, en suivant aveuglément les autres par effet de masse..

Talon carré, aiguille, rond. Difficile de choisir sachant qu’en plus, les couleurs vives sont de la partie cette saison. Si l’on compte toujours une paire de chaussures noires dans notre dressing, on fait en sorte que cette dernière soit dotée d’une petite touche originale.

Cela passe par la vue, bien sûr, mais aussi par l’odorat, le toucher et l’ouïe Le tout doit refléter un « home feeling », de plus en plus demandé par mes clients. Quant au digital, il est incontournable pour accompagner le parcours, mais de façon subtile. Il n’est surtout pas une fin en soi.


Laisser un commentaire