Louboutin Bis Un Bout Prix

Il y a les copines SOS qui ont toujours de bons plans soirée. Les garçons SOS qui sont toujours prêt à se plier en quatre pour l’avoir dans son lit. Et les potes SOS qui sortent toujours en bande et avec qui on s’ennuie jamais c’est aussi avec eux qu’on n’est rarement sobre plus d’une heure.

Donc j’ai pensé que le système de location de sacs, très branché en ce moment, serait pas mal appliqué aux chaussures. On louerait la paire de ses rêves pendant une semaine, un mois. Et le porte feuille serait bien moins abimé, tout comme les chaussures qu’on pourrait même porter tous les jours..

Toutes les photos de sorties publiées n’arrangeaient rien. La plus jeune pour aller danser, Eva la sera longtemps. Ce sera le cas quand elle suivra les cours de théâtre d’Antoine Vitez, puis ceux de Pierre Romans et Patrice Chéreau à l’école des Amandiers..

C’est ma façon de profiter de la vie. Quid des petits créateurs ? Christa botte gentiment en touche. Miser sur des talents émergents n’est pas son affaire. Montebourg aurait pu, par respect envers ces anciens, enfiler pour Alstom une salopette bleu dechauffe. Mais plus de trenteans sont passés par là, qui ont imposé un autre modèle, nettement plus américain, du travestissement ouvrier : la casquette peuple, celle des conducteurs de poids lourds ou des supporteurs de base ball, qu’on voit vissée aussi bien sur la tête du président des Etats Unis que sur celle d’une star du rap. People est un mot américain qui désigne aussi bien le peuple que les célébrités.

Quelques complications plus tard et un traitement de choc dû à cette fichue grippe qui aura duré 3 semaines la vilaine et s’est terminée par une sinusite . Me revoilà en meilleure forme , outre un traitement antibios j’ai fais une cure de vitamine C conseillée par mes chères clientes du net . Thé + jus de citron et miel .

Voilà, je croulais sous le boulot et lui sous les caillots. Chacun sa merde.Vous me direz que ça aurait pu être pire, j’aurais pu écrire Biz . Mais tout de même. Ce qui séduit et impressionne ici, c’est la persistance par delà les années et le travail de sape de l’urbanisme et de l’oubli, des désirs, plaisirs et fantaisies du moment attrapés par l’objectif et dans la posture de fausse innocence des deux jeunes hommes surgis, visiblement nus, de la malle au trésor. On pense à ce plan très beau dans Aquarius, de Kleber Mendonça Filho, où le personnage principal, Clara (Sônia Braga), couve d’un il pétillant une ancienne commode sur laquelle elle a eu dans sa jeunesse l’occasion d’étreintes enflammées. Un même phénomène de résurgence charnelle et fantomatique a lieu sous l’il endormi d’une gravure plongé dans un rêve à ciel ouvert..


Laisser un commentaire