Louboutin Collection Automne Hiver 2015

Il est un signe de cet engouement britannique pour les talons hauts : la place que la presse leur accorde. C’est l’un de ses dadas, au même titre que les chats ou les écureuils. Le Guardian, depuis le début de l’année, a publié 148 articles qui mentionnent ces chaussures exclusivement féminines.

J y ai acheté des chaussures originales (en cuir), confortables et élégantes, qualités qui ne vont pas toujours ensemble. À prix raisonnables dans la collection Cuir prestige fabriquée en Europe. Sans parler du choix invraisemblable . Un succès tel que certaines marques féminines se penchent sur ce nouveau marché. Christian Louboutin, saint patron de l’escarpin (à semelles laquées rouge), a lancé une ligne de souliers masculins (à semelles laquées bordeaux) et vient d’ouvrir sa première boutique parisienne consacrée à l’homme. Quant à Jérôme Dreyfuss, créateur de maroquinerie pour femme, il développe une collection masculine qu’il lancera en janvier 2012 :  » Depuis des années, mon entourage me pressait pour que j’invente des sacs pour homme à l’image de ceux que je crée pour la femme.

Qu’ont en commun des grandes marques telles qu’H Ralph Lauren, Fila ou le géant américain Wall Mart? Toutes proposent à la vente des basketsen toileà lacets comportant un ovale de caoutchouc blancau dessus des orteils, un renforcement sur le devant, une rayuresur le haut et au milieu de labordure latérale de la chaussure en un mot, des copies conformes du modèle All Star Chuck Taylor de la marque de baskets Converse.La marque a déposé une plainte au tribunal de New York contre plus de trente enseignespour avoir repris les codes stylistiques caractéristiques de l’All Star, créée en en 1917 à destination des joueurs de basket, que Converse assure sont brevetées depuis les années 30. En plus de réclamer des dédommagements pour contrefaçon, la marque vise essentiellement à faire retirer les modèles copiés de la vente : Converse fait appel à Commission du commerce international (International Trade Commission), dotée du pouvoir d’empêcher toute marchandise considérée comme contrefaite d’entrer sur le sol américain. « Le but est vraiment de mettre un terme à ces actes, New York Times Jim Calhoun, directeur général de Converse.

Si vous lisez (attentivement) cet article avant de filer à votre cours de yoga, en sirotant un smoothie concombre épinard d’une main eten planifiant un city break à Berlin sur votre iPad de l’autre, vous pouvez vous vanter d’appartenir à cette génération de femmes en voie de colonisation des villes de plus de 100.000habitants : les muppies . Contraction de millennials (nées à l’heure du digital) et de yuppies (les money makers des années1980), le terme est l’invention de l’auteure américaine Michelle Miller, qui, en voulant définirles personnages de son futur roman, a levé le voile sur une nouvelle tribu citadine, désormais décryptée sur tous les blogs tendance aux tats Unis. Qui est cette muppie , dérivée de la génération Y ?.


Laisser un commentaire