Louboutin Geneve Boutique

: La première qui me vient à l’esprit, c’est Néfertiti. Le mystère de ce visage, qui a traversé plus de trois mille ans, me fascine. Certains canons de beauté ont marqué leur époque, comme au cours des années vingt, mais très vite, ces critères ont été boulversés, devenant démodés.

Séverine enfile des escarpins en vernis noir à boucle. Des Roger Vivier créés pour la collection Mondrian d’Yves Saint Laurent. A petits pas de bourgeoise, elle se dirige vers la porte d’une maison de passe pour s’abandonner au plaisir. So worth the wait. Cependant, avant de pouvoir lire sa sélection de romans l’an prochain,elle a fait son retour sur le petit écran dans la série Divorce. L’histoirese déroule à New York et la série est produite parHBO, mais ce sont bien là les deux seuls points communs avec la saga qui l’a rendue célèbre, Sex and the City..

On le retrouve dans un squat géant du quartier Montmartre, dit l’Hôpital éphémère (ex hôpital Bretonneau), qui héberge des musiciens, des artistes, des stylistes. Les acheteurs des Australiens, des Britanniques et des Japonais affluent, et permettent à Martin Grant d’ouvrir, en 1996, un atelier boutique, dans l’ancienne échoppe d’un barbier, rue des Rosiers. Sa ligne « Martin Grant Paris » séduit le grand magasin chic américain Barneys New York.

Vous pensez que les Russes ont inventé les chapkas de fourrure uniquement pour faire les pitres dans les films hollywoodiens ? C’est que vous n’avez jamais attendu un bus retenu dans la circulation moscovite par un froid cinglant. Dans cette situation, vous seriez heureux d’échanger vos derniers euros contre une traditionnelle chapka de fourrure. Sans parler des villes du nord de la Russie, où les températures descendent en dessous de 40C.

En fait, tempère dans un français quasi parfait l’homme au fameux strabisme, ça n’est pas allé de soi. C’est vrai que du plus loin que je me souvienne, même tout petit, j’ai toujours été fasciné par les vêtements même si ça n’était pas du tout dans la culture familiale (il est né il y a cinquante ans dans l’Illinois, de parents journalistes, ndlr). C’est vrai aussi qu’au théâtre j’ai souvent fait la couturière, que j’ai réalisé de temps à autre des vêtements pour des amis comme Bernardo Bertolucci ou le chausseur Christian Louboutin, que j’ai fait le mannequin à l’occasion, pour Comme des garçons notamment, et que j’ai réalisé des vidéos pour les défilés de mon amie Bella Freud (styliste anglaise et arrière petite fille de Sigmund, ndlr), mais de là à monter ma propre collection.


Laisser un commentaire