Louboutin Homme Copie

Pour la première fois en France depuis trois ans, une sélection des uvres récentes de Kongo part à la rencontre du public parisien et international. Peintures sur toile, uvres sur plexiglas, plaques émaillées du métro parisien revisitées par l’artiste et sculptures, notamment un étonnant bronze, réalisé de main d’orfèvre par la fonderie Blanchet Landowski à Bagnolet. Quant à Kongo, artiste catapulté volontaire dans la guerre du feu de l’art contemporain, lui a l’âme sereine.

Je tiens d’abord à m’excuser de poster sur un forum une discussion aussi puérile mais, voilà mon soucis, j’ai 22 ans et je chausse du 33. Alors oui, c’est mignon parce que je suis pas bien grande, mais force m’ai d’admettre qu’il est fort difficile de trouver chaussure à mon pied. Quelle douleur de regarder les merveilleuses Pigalle de Louboutin sans pouvoir m’en acheter une paire.

Mireille Darc. j’étais à Los Angeles dans les années 80. Je dînais avec Michel Sardou qui s’était mis en tête de se faire tatouer une rose noire sur l’épaule. La première fois que je l’ai vue, ce fut de dos. C’était à l’hôtel de la Monnaie. Elle posait son pied sur une marche, étirait son bas et réajustait sa jupe : spectacle fascinant, séquence signée Newton, déjà ! La star qu’il a le mieux photographiée (mettons Ava Gardner hors concours), c’est Deneuve, et de très loin ! La dimension érotico glaciale vient de Newton.

Elle est immédiatement très bien reçue par les acheteurs asiatiques qui comprennent la nécessité d’un pied léger et délicat. Le concept store Colette à Paris souhaite également nous représenter en exclusivité pour l’Europe sur la première collection. C’est un très beau début pour la chaussure Solovière.

En quittant le club oùa eu lieu l’anniversaire, Nabilla se moque d’une passante et lui crie qu’elle n’a aucun swag. Manque de chance, il s’agit d’une française qui comprend l’insulte qu’elle retourne à Nabilla. S’en suit une courte bagarre interrompue par Ayem et les cameramen de l’émission.

Les lustres, les chaises, les tables, les canapés dans cette architecture Années 30, tous les styles se mélaient pour que l se sente comme chez soi en mieux. Un hyper chez soi de rêve bercé par l démultipliée de tous les artistes qui avaient traversé le palace depuis son ouverture, mais aussi les contemporains. C une invitation au voyage artistique à tous les étages, du spa jusqu la galerie d du jardin autour d bassin à la salle à manger, jusqu la librairie salle de cinéma était la plus confortable de tout Paris mais pas question d son vieillissement.


Laisser un commentaire