Louboutin Petit Talon Prix

Carla Bruni Sarkozy l’a bien compris : le kitten heel offre l’élégance d’une chaussure à talon tout en évitant le côté girafe. On notera seulement qu’il est plus seyant sur un pied menu et que, parfois, il pousse le paradoxe jusqu’à flirter avec les 7 centimètres (ce qui reste très raisonnable au regard des sommets atteints ces dernières années). Une démarche féminine, une jambe plus fine, une journée sans cheville foulée : les petits talons n’ont a priori que des atouts.

Quand Léa Crespi, mandatée par Flammarion, est venue me tirer le portrait, nous sommes descendues avec son assistant dans les rues de mon quartier. Un quartier populaire et populeux, et moi au milieu du trottoir à prendre la pose. C’était l’heure de sortie des classes, des collégiens passaient avec leurs carnets de correspondance à la main.

Sauf que, oui et non. Car l’idée de s’affubler des signes extérieurs d’un métier et d’une classe sociale auxquels on n’appartient pas vient de plusieurs horizons, mais toujours à sens unique, du haut vers le bas. Il y eut, justement chez les sommités socialistes du début des années80, la vogue de se déguiser en bougnat chic (vestenoire et pantalon de coutil de chez Adolphe Lafont).

Il était tard, selon les critères de la rousse. La petite rue qu’elle empruntait tous les soirs pour se rendre à son appartement était déserte. Les lampadaires diffusaient leurs halos jaunâtres, et les lueurs dansaient devant ses yeux. Elle a toujours voté à gauche, comme Daniel, mais ne s’interdit pas de trouver l’homme Sarkozy intelligent et agréable. Il lui arrive de dîner avec George Clooney (Charmant, très politique, pas du tout dragueur), de réveillonner avec Scorsese ou d’inviter dans le Gers Nathalie Baye, Laura Smet et autres acteurs actrices. C’est son monde, et elle aime que ça brille, s’amuse une proche.

Mais il est temps de faire entrer dans la salle les jeunes filles qui attendent sagement, mais non sans impatience, leur moment dans le couloir, cavalier au bras et pièces de joaillerie Payal New York autour du cou. C’est la princesse autrichienne Emilia Von Auersperg Breunner qui s’élance en premier suivie de près par la fille de Warren Beatty, qui s’offre le luxe et l’originalité d’avoir deux cavaliers danois pour l’escorter dans sa robe bustier Dior haute couture. Les duos se succèdent dans un petit tour d’honneur au milieu des tables.

Il faut dire que les conséquences d’une telle opération peuvent être très graves. Debra Jaliman, une dermatologue de Manhattan, raconte ses mésaventures au Wall Street Journal : « Je n’aurais jamais dû me faire opérer les pieds. Maintenant, mes pieds me font mal en permanence, je ne peux plus porter de talons hauts, ni jouer au tennis.


Laisser un commentaire