Louboutin Val D&Europe

T’es grande, t’es belle, t’es blonde. Tu plais, c’est clair, mais ton attitude laisse à désirer. Si tu savais faire la fête, aujourd’hui, t’es plutôt inaccessible comme fille. Idem pour le jardin d où trônait la théière géante de Joanna Vasconcelos, l des artistes invités par Hervé Mikaeloff, le commissaire d du Royal Monceau. C d peut être cette uvre géante qui diffusait autour d une odeur persistante de thé noir, qui sait ? A moins que ce ne soit l des recettes du chef, Laurent André ou l des desserts du Picasso de la pâtisserie, Pierre Hermé, qui ne vienne titiller nos naseaux. Attablés dans la salle à manger, sous le plafond dessiné par Stéphane Calais, les maîtres des lieux ainsi que Philippe Starck, Fabrice de Rohan Chabot, Bernard Arnault, Manolo de Brantes, Cyrille Troubetzkoy, Maud Prangey, David d Nathalie Guiot, des Editions Anabet, Guillaume Houzé héritier des Galeries Lafayette, ainsi que Jennifer Flay, la grande prétresse de la Fiac, Johan Tamer, du Slick Art Fair et Elisabeth Quin attendaient un dessert très spécial à base de coulis de fraises et de wasabi recommandé depuis Londres par Mourad Mazouz du Sketch..

Point d’orgue de son spectacle lorsque la chanteuse reviendra sur sc ne transform e en Marilyn Monroe, pour entonner quelques notes de « Someday my Prince will come », un clin d’oeil sa participation au projet We Love Disney. A capella, Elodie prouve qu’elle a une grande ma trise de sa voix et que les notes aig es ne sont que de simples formalit s pour elle. Chapeau !.

Un cours de danse où les semelles rouges remplacent les pointes. C’est de cette façon que la chorégraphe Blanca Li a imaginé La Répétition, un court métrage présentant les modèles de chaussures phares de la nouvelle collection automne hiver 2016 de Christian Louboutin. Pour créer cette vidéo qui mêle univers de la danse et de la mode, la danseuse et metteur en scène espagnole a eu carte blanche.

La respiration de l’art reflétée dans l’il, à l’écoute, Jany Jansem ne compte pas son temps pour la faire partager à ses visiteurs: collectionneurs ou juste curieux, du moment qu’ils passent la porte, nous nous devons de les accompagner. Confondante de simplicité, la remarque n’est pas innocente. Comme Jany Jansem l’explique: quand j’ai repris la galerie, la première chose que j’ai dit à l’équipe, c’était qu’on travaillerait la porte ouverte! qu’enfin, ce n’est pas anodin, quelqu’un qui va entrer et nous donner 2, 3, 7 minutes d’attention, autant dire des minutes de sa vie! Qu’il veuille des précisions sur un artiste, ou un renseignement parce qu’il s’est trompé de porte: ça ne change rien.


Laisser un commentaire