Louboutin Yolanda

Après avoir mis le monde de la mode à ses pieds, Christian Louboutin tend maintenant la main à l’univers de la cosmétique. Depuis 1991, ses créations séduisent les plus grandes stars à commencer par celle qui a été son ambassadrice pendant les six saisons de Sex and the City, Sarah Jessica Parker. Confortablement installé sur le trône de l’empire de la chaussure, le créateur a choisi de vaquer à d’autres occupations en lançant une gamme de vernis à ongles couture que l’on prédit déjà comme le carton de la rentrée.

Ainsi l’été dernier, le nez à la mode se devait de chausser des Ray Ban miroir, et précisément le modèle Pilote. Cette saison, la marque espère bien séduire les  » fashion  » avec ses Wayfarer Color, son nouveau modèle tendance. En tout cas, ces lunettes connaissent déjà un bel engouement sur la plage espagnole..

L’histoire se répète. Le géant de la fast fashion Zara est encore une fois accusé de copier le travail d’un artiste indépendant sans sa permission. Il s’agit cette fois de Tuesday Bassen, une illustratrice californienne qui, en plus de vendre ses créations via son site d’e commerce, a travaillé avec des marques telles qu’Adidas, Nike ou Urban Outfitters..

Les vacances approchent à grand pas, de même que mes examens scolaires. Mais comme on dit « après l’effort, le réconfort ». J’ai commencé à faire ma liste de souhaits. La jeune femme a posté une photo d’elle sur Instagram où l’on peut la voir complètement nue, sur la banquette arrière d’une voiture, garée en pleine rue passante. Bar Refaeli cachait sa poitrine et ses parties intimes grâce à un grand sac de shopping Christian Louboutin. Bar Refaeli n’était pas entièrement nue puisqu’elle avait gardé ses petites baskets de ville.

Il en est de même pour son tempérament, à la fois triste et gai, incernable. Son visage s’illumine lorsqu’elle parle de ses deux fils, source de joie profonde pour cette mère de famille aimante et impliquée. Mais son regard conserve, lui, une noirceur mélancolique ; même quand elle sourit..

Elle raconte une vie qui est loin de se résumer à Toscan, un destin perturbé et romanesque que d’ordinaire elle évite d’évoquer. Elle dit : J’avance. Je suis dans le présent. L’idée de Ruth, explique Anne Monier, la commissaire de l’exposition, c’était que les filles puissent faire un choix. Elle en a fait un modèle glamour, mais a refusé qu’elle soit mariée ou mère de famille. Elle est en marge des rôles offerts aux femmes à cette époque.

Quand j’ai vu mes premiers souliers arriver, il y avait cette énorme semelle noire qui gâchait tout. J’avais une assistante qui n’arrêtait pas de repeindre ses ongles en rouge, je lui ai emprunté son vernis et en ai recouvert la semelle. Tel un révélateur, le dessin est apparu.


Laisser un commentaire