Louboutin Zomer 2015

Dans l’immense salle à manger, le plan dessine un planétarium de l’influence. Si la table centrale Pierre Bergé (actionnaire du groupe Le Monde), Catherine Deneuve, Pascal Obispo est celle du Soleil, la table Chanel fait figure de Jupiter et la mienne doit être Pluton. On y est bien mais rares sont ceux qui se demandent ce qu’il s’y passe..

Quelque part, c’est un domaine qui t’a toujours passionné mais qui reste extrêmement fermé pour les femmes. Pas simple pour toi de trouver ta voie ni de te faire une place. Tu pensais qu’à NYC, ça serait plus simple pour toi de percer dans ce domaine mais tu t’es vite rendu compte que c’était plus compliqué que ça en avait l’air.

Il ne goûte guère aux chichis ou aux mondanités. Sur Facebook, il échange facilement avec ceux qui le souhaitent : son goût pour le débat n’est pas une posture télévisuelle. Ce que l’on sait moins en revanche, c’est qu’il fait très attention à sa ligne : Peu d’alcool, beaucoup de sport.

J’appris à décider : à acheter, à revendre. Des flux de marchandises, des flux d’êtres humains, des flux d’argent. Le tout se transcrivait sur un écran d’ordinateur sous forme de séries de chiffres, dont seuls les initiés possédaient le secret ; je fis bientôt partie des initiés..

C’était l’autre soir à Monop aux alentours de 21 h 30, à cette heure fatidique où il faut remplir dare dare son chariot sous le regard blasé du vigile. On devrait toujours faire la fermeture des supermarchés. La dernière demi heure chez Carrefour Market ou chez Casino, c’est un peu comme feu la série policière de l’ORTF les Cinq Dernières Minutes : on ne peut pas dire que le dénouement soit vraiment spectaculaire, mais après s’être emmerdé 85minutes devant le poste, on ne va quand même pas rater les aveux de l’empoisonneuse à la béchamel à l’arsenic ou l’inoxydable réplique du commissaire Bourrel : Bon Dieu ! Mais c’est bien sûr.

Exténuée par cette journée, Christa regagne sa chambre. L’heure est au grand déballage. Je ne suis jamais déçue. Lundi 6mai2052, sept heures du matin, maison de retraite la Cerisaie à Neuilly sur Seine, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, 97ans, se lève péniblement. Sa nuit a été courte, ses gestes sont lents, son corps fatigué. Seules ses épaules qui s’agitent en permanence ont l’air en vie.

Car les moeurs se libèrent si bien qu’aujourd’hui il semble plus osé de demander un tête à tête à son amoureux qu’une soirée échangiste , s’amuse Jacques André. Par ces temps de transparence tous azimuts, l’intimité devient un luxe, le nec plus ultra de la relation amoureuse. Mais c’est aussi un combat.


Laisser un commentaire