Second Hand Louboutin Size 6

Entre Bienvenue les Ch’tis et Gossip girls, la croisade que Maya mène au nom du succès et de la mode est jalonnée de clichés mais pas dans le sens « tapis rouge » du terme. D’un gag prévisible à l’autre, son chemin parisien croise celui de personnages secondaires inintéressants (l’asiatique anonyme et la stagiaire chez le couturier) ou déjà vus (le couturier misanthrope, le golden boy et la parvenue langue de vipère). A chacun d’entre eux ou presque correspond un bon ami de la jet set comique parisienne : Stéphane Rousseau, Florence Floresti, Alex Lutz..

> Et le stiletto. Aaaaaahhhhh le stiletto. C’est à Roger Henri Vivier qu’on le doit mesdames. Chacune d nous a au moins, une paire d boots, voire plusieurs pour certaines jonglant entre le cuir, le daim, les couleurs claires ou foncées. Pourtant, elles sont très souvent et injustement pointées du doigt. Il conviendrait tout de même de se souvenir que ce n pas à ces low boots de s à vos tenues, mais bel et bien à leurs propriétaires de savoir les choisir..

Un buzz dans l’air du temps ! Alors que Nicolas Sarkozy a promis fin juillet une fermeté accrue contre les auteurs de violences sur les forces de l’ordre, plusieurs syndicats de police ont interpellé Brice Hortefeux, hier, au sujet d’une video de rap. Intitulée Tirer sur les keufs, elle a été postée sur le site de partage en ligne YouTube en juillet avant d’en être retirée, hier après midi. Dans ce clip, l’interprète, Abdul x, inconnu au bataillon, s’en prend verbalement aux forces de l’ordre chantant notamment : Une balle dans sa race tirée sur les keufs Nique la police, ces putes nous fouillent comme des lop sa [salopes en verlan, ndlr].

Par exemple, la cuvée Bollinger pour James Bond, dont le packaging a été rare et éphémère, fut très demandée. Souhaitons le même succès à cette uvre délirante du designer Ross Lovegrove pour Mumm. Cette structure en suspension, à mi chemin entre la sculpture et la lampe, a été réalisée avec des arceaux métallisés et des fibres optiques lumineuses.

Malgré ce succès indéniable, la presse ne ménage pas Tamara. Premier tacle : les médias la cataloguent rapidement de fille à papa , lui reprochant de compter un peu trop sur la fortune de son père. Il m’a prêté 170 000 euros pour me lancer, se justifie t elle.

Des galeries d’art investissent les lieux. Sur la NE 40e rue, l’Espace 101 renouvelle régulièrement les uvres exposées, émanant d’une grande variété d’artistes. Quelques mètres plus loin, au croisement avec la NE 1re avenue, la galerie Martial Ricart, ouverte fin 2008 par un Français, représente une trentaine d’artistes.


Laisser un commentaire